Skip to Content

Domaines

Imprimer

Aménagement et urbanisme

Contexte et enjeux

44 % de la consommation énergétique totale est le fait du secteur résidentiel-tertiaire La France perd chaque année, depuis 1950, près de 100 000 hectares de terre cultivables au profit essentiellement de l’urbanisation 77 % de la population française vit en zone urbaine
En 2010, les secteurs des transports et du bâtiment représentaient 49 % des émissions totales de gaz à effet de serre (GES).

L’étalement urbain contribue à augmenter les émissions de Gaz à effet de serre (GES) car il génère des besoins croissants en énergie et en transport. Par ailleurs, la concentration urbaine augmente la vulnérabilité aux aléas climatiques. Aussi, les collectivités doivent-elles s’orienter vers un urbanisme durable, en termes de planification comme de mise en œuvre.

Urbanisme et aménagement du territoire : des choix déterminants en matière d’énergie/climat


Le développement urbain de ces 50 dernières années a conduit à l’expansion non maîtrisée des zones urbaines, au mitage des espaces agricoles et naturels, à la dispersion de l’habitat et à l’augmentation des déplacements. Tous ces phénomènes ont fortement contribué à accroître la consommation en énergie et les émissions de GES du pays. Le secteur résidentiel est désormais le plus consommateur d’énergie et les transports constituent le premier secteur responsable des émissions de GES.

Par ailleurs, la concentration urbaine augmente la vulnérabilité des populations, du bâti, des réseaux et des infrastructures aux aléas climatiques (zones côtières menacées de submersion, îlots de chaleur urbains, etc.)

 

vignette vidéo
RETOUR SUR LE COLLOQUE
Atelier 9 - Adapter les villes aux îlots de chaleur urbains
Atelier animé par Marie POUPONNEAU, ADEME

 


L’urgence climatique et énergétique conjuguée aux enjeux socio-économiques conduisent les collectivités à s’orienter vers un mode d’urbanisme et d’aménagement du territoire plus durable qui garantit une gestion économe en ressource et en espace.
À travers leurs politiques urbaines, les élus sont amenés à s’interroger et à intervenir sur l’aménagement des espaces, les lieux d’implantation des activités et des infrastructures, la desserte énergétique, les typologies de bâtiments, les formes urbaines, etc.

 

vignette vidéo
RETOUR SUR LE COLLOQUE
Atelier 15 – Mobiliser la compétence urbanisme autour des PCET
Atelier animé par Benoît RONEZ, CEREMA

 

Comment faire de l’urbanisme durable ?

L’urbanisme durable appelle les élus à adopter une vision globale et prospective du développement de leur territoire pour conduire des actions moins impactantes en termes d’énergie et de climat. Les PCET accompagnent les collectivités vers la mise en œuvre d’un urbanisme durable. Les leviers d’actions permettant la prise en compte des enjeux énergétiques et climatiques dans les politiques urbaines sont aujourd’hui nombreux. Ils s’articulent autour de trois étapes clés du projet urbain :

  • agir en amont des démarches d’urbanisme opérationnelles, dès la phase d’élaboration des documents de planification (SCoT, Chartes, PLU, PLH) ;
  • agir lors de la réalisation d’opérations d’aménagement, zones d’aménagement concerté (ZAC), lotissements, opérations de renouvellement urbain, en favorisant une approche systémique (choix énergétique, mobilité de proximité, orientation des bâtiments, etc.) ;
  • agir dans le cadre de la gestion des espaces urbains : améliorer les transports collectifs et les performances énergétiques des logements, intégrer des trames vertes et bleues, etc.