Skip to Content

Glossaire

Imprimer

Généralités

Facteur 4

Le facteur 4 correspond à un objectif de division par quatre de nos émissions de Gaz à effet de serre d’ici 2050, afin de contenir le réchauffement climatique à un niveau d’élévation des températures de 2°C (d’après le GIEC). Cela correspond à une réduction des émissions de Gaz à effet de serre de la France d’environ 3% par an. Cet objectif est inscrit dans la loi du 12 juillet 2005 fixant les orientations de la politique énergétique.

 

Paquet Energie Climat

Le Paquet Energie Climat correspond aux engagements européens en termes de lutte contre le changement climatique. Afin de limiter le réchauffement à 2°C d’ici 2100, l’Union européenne s’engage à augmenter de 20% l’efficacité énergétique d’ici 2020 ; réduire de 20% des émissions de Gaz à effet de serre d’ici 2020 ; atteindre une proportion de 20% d’énergies renouvelables dans la consommation totale de l’Union européenne d’ici 2020.

 

Gaz à Effet de Serre

La basse atmosphère terrestre contient naturellement des gaz dits « Gaz à Effet de Serre » (GES) qui permettent de retenir une partie de la chaleur apportée par le rayonnement solaire. Sans cet « effet de serre » naturel, la température à la surface de la planète serait en moyenne de -18°C contre +14°C actuellement. L’effet de serre est donc un phénomène indispensable à la vie sur Terre.
 

Bien qu’ils ne représentent qu’une faible part de l’atmosphère (moins de 0.5%), ces gaz jouent un rôle déterminant sur le maintien de la température. Par conséquent, toute modification de leur concentration déstabilise ce système naturellement en équilibre.
 

Or, les GES ont atteint au cours de la dernière décennie des niveaux de concentration jamais enregistrés. Le recours aux énergies fossiles (gaz naturel, pétrole, charbon) dans l’industrie, les transports, le résidentiel – tertiaire depuis le milieu du 19ème siècle explique en partie cette évolution. Entre 1970 et 2004, les émissions mondiales de GES ont augmenté de 70%. Ces GES émis de façon supplémentaire par les activités humaines intensifient le phénomène. Il s’agit de « l’effet de serre additionnel » qui menace les équilibres climatiques planétaires.

L’action internationale de lutte contre le changement climatique vise six GES principaux (dénommés « panier de Kyoto ») :
 

  • le dioxyde de carbone (CO2) provenant de la combustion des énergies fossiles et de certaines activités industrielles et agricoles,
     
  • le méthane (CH4) issu de la fermentation des déchets organiques (ménagers, naturels et agricoles),
     
  • le protoxyde d’azote (N2O) généré par les réactions chimiques liées au traitement des sols cultivés, par l’élevage et par certaines activités industrielles,
     
  • les gaz fluorés (HFC, PFC et SF6) émis par les installations de réfrigération et certaines applications notamment en tant que solvants.

 

Atténuation

L’atténuation désigne les actions visant à limiter l’ampleur du changement climatique en réduisant les émissions directes et indirectes de GES. Cela passe notamment par la réduction des consommations d’énergie et l’utilisation significative de ressources renouvelables. La poursuite de cet objectif permet également de réduire les dépenses locales et d’assurer, pour les collectivités, la continuité du service public.

 

Adaptation

L’adaptation désigne les actions visant à réduire la vulnérabilité du territoire et l’adapter à l’évolution du climat. Cela passe par la prise en compte des évolutions climatiques dans les décisions de long terme (urbanisme, conception et exploitation d’infrastructures, reconversion d’activités étroitement liées aux conditions climatiques) et par l’acceptation de conditions de vie différentes. L’adaptation relève notamment de la gestion des risques (inondations, canicules,…).L’adaptation vient en plus et non à la place de la réduction des émissions de GES. Il s’agit bien d’avoir, en fonction des enjeux et spécificités locales, un continuum entre atténuation et adaptation.