Skip to Content

Domaines

Imprimer

Economie locale

Contexte et enjeux

Le transport touristique, tous modes confondus, représente 6 % des émissions de GES françaises En 2006, l’avion a été le mode de transport de 7 % des séjours touristiques mais a produit 62 % des émissions dues aux déplacements touristiques 600 000 créations d’emplois prévues dans les secteurs du bâtiment, des EnR et des infrastructures d’ici 2020

Les collectivités territoriales jouent un rôle déterminant dans l’orientation des activités économiques de leur territoire vers la réduction des émissions de Gaz à effet de serre (GES). Elles peuvent également inciter les acteurs locaux à prévoir les adaptations nécessaires face au changement climatique. Ceci est particulièrement vrai dans les secteurs de l’agriculture et du tourisme, très vulnérables aux aléas climatiques.

Repenser le modèle économique dominant

Les politiques de réduction des émissions de GES exigent des collectivités de repenser le modèle économique dominant basé sur la croissance des flux de transport et des consommations énergétiques. Elles doivent agir en faveur d’un développement local durable, en réduisant l’impact environnemental et social des activités économiques.

A travers une relocalisation des activités économiques, l’économie locale participe au maintien local du pouvoir économique des territoires, renforce leur attractivité économique et contribue à réduire les flux de transports des marchandises et des personnes. C’est donc un levier important de lutte contre le changement climatique.

 

vignette vidéo
RETOUR SUR LE COLLOQUE
Plénière 2 du 10/10/13- L’énergie locale dynamise les territoires, et chez vous ?
Carburant végétal, panneaux photovoltaïques, méthaniseur, chaufferies bois… : la communauté de communes du Mené mobilise acteurs et habitants.

 

Réduire les émissions de GES

Les collectivités doivent travailler avec les acteurs économiques sur :

  • la valorisation les ressources et des savoir-faire locaux ;
  • l’installation de commerces de proximité;
  • la création de filières courtes de production et de distribution (voir domaine Agriculture et sylviculture) ;
  • la réduction de l’impact environnemental des hébergements et des équipements touristiques ;
  • la sensibilisation de la population à un tourisme durable et de proximité, etc.

 

 

 

vignette vidéo
RETOUR SUR LE COLLOQUE
Atelier 4 – Mobiliser les entreprises autour des PCET
Atelier animé par Anne GED, directrice de l’Agence Parisienne du Climat

 

Adapter l’économie locale au changement climatique

Le rapport Stern (2006) et les nombreuses études publiées ces dernières années sur les incidences économiques du changement climatique ont mis en évidence le coût de l’inaction face au dérèglement des équilibres climatiques. Elles ont démontré que l’action en faveur de l’économie locale passe par la protection des activités économiques d’un territoire contre les impacts du changement climatique.
Les impacts sur les secteurs du bâtiment et des infrastructures (infrastructures routières, réseaux de communication, etc.) et sur les infrastructures et réseaux énergétiques peuvent en effet avoir un coût important pour l’économie locale.

En France, l’agriculture et le tourisme sont deux activités majeures du développement économique local des territoires, mais ce sont également des secteurs particulièrement vulnérables aux impacts du changement climatique.

Aussi, les collectivités doivent inciter les acteurs locaux à engager, au plus vite, une réflexion sur la modification des pratiques agricoles et sur la diversification et l’amélioration de l’offre touristique.

 

vignette vidéo
RETOUR SUR LE COLLOQUE
Plénière 2 du 09/10/13 – Adaptation au changement climatique, Intervention de Michel PIEYRE, CG Hérault « Le diagnostic de vulnérabilité permet de montrer que, s’il n’est pas anticipé, le changement climatique a un impact économique immédiat. »

 

Avec une augmentation des températures moyennes de 2°C, les conséquences sur le tourisme seraient en effet majeures :

  • en montagne : baisse importante du manteau neigeux en moyenne montagne qui remettrait en question la pratique des sports d’hiver ;
  • sur le littoral : élévation du niveau de la mer et accélération de l’érosion des côtes, ce qui remettrait en cause le tourisme balnéaire (20 % des communes françaises) ;
  • sur le tourisme patrimonial : dégradation des bâtiments historiques et remarquables ;
  • sur le paysage et la ressource en eau.